•  

     

     

    http://www.purepeople.com/people/michel-delpech_p178

    Michel Delpech est mort ce samedi 2 janvier 2016 à l'âge de 69 ans.

    Le chanteur Michel Delpech est mort, dans la soirée du samedi 2 janvier 2016 à l'âge de 69 ans. C'est son épouse Geneviève Delpech qui l'a annoncé à l'AFP. "Michel est mort ce soir à 21h30. Cela faisait trois ans qu'il se battait contre un cancer", a-t-elle déclaré, bouleversée par la disparition de celui qu'elle a encouragé et soutenu de manière inconditionnelle depuis plus de trente ans.

    Il était victime d'un cancer de la langue et de la gorge. Michel Delpech était hospitalisé à l'hôpital de Puteaux (Hauts-de-Seine), a précisé son beau-fils. A quelques semaines de fêter son 70e anniversaire, le chanteur, à l'origine de nombreux succès populaires du répertoire français tels que Pour un flirt ou Le Loir-et-Cher, a été emporté par le cancer qu'il combattait avec rage, et qui l'avait contraint à se retirer de la scène musicale.

    Sa carrière a démarré à la fin des années 60.  .... A SUIVRE ..... Sur le lien

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    http://www.francetvinfo.fr/culture/musique/la-chanteuse-et-actrice-francaise-patachou-est-morte_891621.html

     

     Elle était âgée de 96 ans. La chanteuse et actrice née Henriette Ragon, mais plus connue sous le nom d'artiste de Patachou, est morte, selon sa famille contactée par France 2, jeudi 30 avril.

      Elle s'est éteinte à son domicile de Neuilly (Hauts-de-Seine) jeudi après-midi, selon son fils Pierre Billon : "C'était une très vieille dame qui s'est éteinte doucement, gentiment, entourée de sa famille." Elle était née le 10 juin 1918, dans le 12e arrondissement de Paris, selon sa maison de disques, Universal, qui écrit qu'elle a d'abord vécu de "petits boulots avant de rencontrer et d'épouser Jean Billon au début de la seconde guerre mondiale". Le couple achète ensuite une pâtisserie, puis un restaurant à Montmartre, transformé en cabaret, Chez Patachou.

    Soutenue par Maurice Chevalier, Patachou prend ensuite elle-même le micro, avec un répertoire de chansons réalistes et de ritournelles légères.

    Proche de Brassens "Edith Piaf y a rodé ses tours de chant", a rappelé son fils. De nombreux autres chansonniers ont fait leurs premiers pas chez Patachou ou y ont conforté leur succès, dont "Hugues Aufray, Michel Sardou, Jacques Brel, Charles Aznavour", toujours selon la maison de disques.

    Mais elle est surtout connue pour avoir révélé Georges Brassens. Ils avaient enregistré ensemble Maman Papa, en 1953, rappelle Le Monde.

     Parmi ses chansons les plus connues, on se souviendra de La Chansonnette.

    A partir de la fin des années 1970, Patachou se consacre à la comédie. Comme actrice, elle a joué dans French Cancan (1954), de Jean Renoir, Napoléon (1955), de Sacha Guitry, ou, plus récemment, Pola X (1999), de Leos Carax, et Les Acteurs (2000), de Bertrand Blier.

    "Seules des apparitions dans 'La Chance aux Chansons' viennent rappeler au public son passé de chanteuse. Patachou reste pour toujours une vignette des 30 glorieuses et d'un art de vivre parisien révolu", écrit Universal.


    3 commentaires
  •  

     

     

    http://www.leparisien.fr/actualite-people-medias/en-images-richard-anthony-la-disparition-d-un-yeye-20-04-2015-4709353.php

     

     Richard Anthony, la disparition d'un yéyé Le chanteur français s'est éteint à l'âge de 77 ans ce lundi.

      Richard Anthony, la disparition d'un yéyé Lancer le diaporama Richard Anthony n'entendra plus siffler le train. Le chanteur français s'en est allé à l'âge de 77 ans ce lundi. Né au Caire (Egypte) en 1938, il a marqué les années 1960 de sa voix, enchaînant les tubes, dont le sempiternel «Et j'entends siffler le train».

    Sur le même sujet Réactions à la mort de Richard Anthony Réactions à la mort de Richard Anthony Le chanteur Richard Anthony est décédé cette nuit à l'âge de 77 ans

     «J'entends siffler le train», le slow de l'été 1962

    Figure de la génération des yéyés, il a côtoyé Eddy Mitchell, Johnny Hallyday, les Beatles et autres grands noms de la musique.


    J'entends siffler le train" Richard ANTHONY... par richardanthony

    https://fr.news.yahoo.com/retour-cinq-chansons-carri%C3%A8re-richard-anthony-115822625.html

    "Nouvelle vague" (1959)

    Agé de 20 ans, Richard Anthony connaît son premier grand succès avec une reprise des Coasters : Nouvelle vague, présente sur son troisième 45 tours. Il est question d'indépendance, d'une petite voiture MG et d'Elvis Presley. Les paroles plaisent, l'air aussi : Richard Anthony vend un demi-million de disques.

    "A présent tu peux t'en aller" (1964)

    Nouvelle reprise, cette fois de Dusty Springfield, en 1964. Richard Anthony reste plusieurs semaines en tête des ventes avec A présent tu peux t'en aller.

     

    "Fiche le camp, Jack" (1961)

    Une adaptation, encore. Hit The Road Jack devient Fiche le camp, Jack : "Wo mais dis donc, mais dis donc qu'est-ce que tu me dis là."


    2 commentaires
  •  

     

     

    Ma préférée !

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Vous vous souvenez de Michal de la starac, il vient de sortir un disque piano/Voix sur des musiques révisitées de Chopin, une pure merveille

    Il faut l'aider car c'est un artiste indépendant sans maison de disque ! donc pas de publicité !http://www.deezer.com/album/9426194

     

    http://toutelaculture.com/musique/classique-musique/chronique-chopin-etc-de-michal-kwiatkowski-une-virtuosite-onirique/

     

     « Chopin Etc. » de Michal Kwiatkowski : une virtuosité onirique 28 janvier 2015 Par Prescillia Rodax |

      Un an après avoir joué le spectacle Chopin Etc. sur la scène du Théâtre Les Déchargeurs, Michal Kwiatkowski réunit désormais les titres de son émouvant piano-voix dans son nouvel album, également intitulé Chopin Etc.

    Note de la rédaction : ★★★★★

    Sortie de l’ambiance feutrée et intime du Théâtre Les Déchargeurs, la voix de Michal n’en perd pas moins cette émotion singulière qui la caractérise. Grave, profonde, mais surtout sensible, elle nous transporte dans l’intimité de Frédéric Chopin à travers des morceaux éclectiques, composés de reprises et de titres originaux. Et c’est par une musique épurée, teintée de nostalgie et évoquant les amours déchirantes entre Chopin et George Sand que débute l’album.

    De « Mon Âme » au titre « Le Temps qui court », Michal Kwiatkowski nous entraîne dans cette joyeuse mélancolie, parfois empreinte de tristesse, mais toujours porteuse d’espoir face à ce temps qui reste suspendu, éternel. Torturé, l’amour est souvent synonyme de souffrance dans ce répertoire classique mais romantique du XIXe siècle. Pourtant, Michal lui donne un second souffle, tendre et passionnel, le temps d’un duo avec Élodie Frégé. Dans « Rien autour », la voix écorchée et sensuelle de la jeune artiste s’empare du morceau, contrastant habilement avec les partitions classiques du virtuose.

    Mais si dans Chopin Etc. Michal Kwiatkowski ne cesse de nous parler d’amour, c’est pour se fondre encore davantage dans cette douce harmonie, classique et intime qu’il emprunte à Frédéric Chopin, dans un élan mesuré de patriotisme.

    Les mélodies sont jouées, réinventées et portées par un éclectisme affirmé qui dévoile toute la palette artistique du chanteur-musicien. Faisant le pont entre ses origines et sa terre d’accueil, Michal reprend des chansons françaises telles que « Lemon Incest » de Serge Gainsbourg, ou « Le Temps qui court » d’Alain Chamfort, qu’il mêle à la douceur des musiques polonaises. Et c’est dans cet ailleurs, slave et insouciant, que se dégage toute l’émotion de l’artiste.

    Un voyage onirique qui confirme l’harmonie de cette rencontre entre Michal et Chopin, de cette osmose entre un artiste de talent et un virtuose de renom.

    Michal Kwiatkowski, Chopin Etc., sortie le 26 janvier 2015.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique