•  

     http://www.purepeople.com/people/charles-aznavour_p80

     

    Naissance : Le 22 Mai 1924

     

    Décès : Le 1 Octobre 2018

     

    Métier : Chanteur

     

    Pays : France

     

    Ville : Paris

     

    Né le 22 mai 1924 à Paris, Shahnhour Varinag Aznavourian est plus connu sous le nom de Charles Aznavour.

    Il est le fils de Misha Aznavourian, un restaurateur arménien né en Géorgie et de Knar Baghdassarian, une arménienne originaire de Turquie.

    En 1933, à l'âge de 9 ans, il prend son nom de scène Charles Aznavour et entame une carrière de comédien au théâtre puis devient chanteur à l'adolescence.


    Remarqué par Edith Piaf en 1946, il l'accompagne lors de sa tournée en France et aux Etats-Unis. En 1948, au Quebec, il se produit sur scène avec Pierre Roche et rencontre un succès phénomènal. Le duo reste à l'affiche pendant un an et demi et sort six 78 tours avec des succès comme J'ai bu, Départ express ou Le Feutre taupé.


    Au début des années cinquante, Charles Aznavour tente de percer seul mais se heurte à une vague d'antipathie orchestrée par la presse. On lui reproche sa petite taille, sa voix éraillée, sa jeunesse et par dessus tout, son idylle avec Piaf.

    Le 12 décembre 1960, il prend sa revanche en triomphant sur la scène de l'Alhambra. Ce soir là, il interprète pour la première fois Je m'voyais déjà, chanson autoparodique qui lance sa carrière. Il enchaîne ensuite des tubes devenus plus tard des standards comme Tu t'laisses aller (1960), Il faut savoir (1961), La mamma (1963), Et pourtant (1963), For Me Formidable (1964) ou La Bohème (1966).


    Chanteur polyglotte et doté d'un sens aigu des affaires, Charles Aznavour étend rapidement sa notoriété en se produisant un peu partout dans le monde. Il triomphe notamment à New York où sa crooner attitude l'élève au rang de superstar.


    En marge des concerts, il poursuit une carrière de comédien entamée au cinéma en 1936. Charles Aznavour tourne avec Cocteau, [people=François Truffaut]Truffaut[/people], [people=Jean-Pierre Mocky]Mocky[/people], Verneuil, Granier Deferre, Clair, Chabrol ou Lelouch. Au total, une soixantaine de films dont certains s'inscrivent dans la légende.


    En 1989, Charles Aznavour enregistre Pour toi Arménie avec un collectif d'artistes et verse les bénéfices aux victimes du tremblement de terre qui a ravagé l'Arménie quelque mois plus tôt. Depuis, une place d'Erevan porte son nom.


    Marié plusieurs fois, Charles Aznavour a eu six enfants de trois femmes différentes : Seda, né en 1946, Charles, né en 1952, Patrick, né en 1956 et décédé en 1981, Katia, née en 1969, Misha, né en 1971 et Nicolas, né en 1977.

     

     

     

    http://www.nostalgie.fr/artistes/charles-aznavour/actualites/charles-aznavour-en-5-chansons-353661

     

     


    1 commentaire
  •  

     

     

     

    Il est le père du chanteur Arthur H, du comédien Kên Higelin et de la chanteuse Izïa Higelin. Il est proche d'Areski Belkacem ainsi que de Brigitte Fontaine avec qui il collabore à partir du milieu des années 1960.

     

     

     

    Biographie

     

    Enfance

    Jacques Higelin naît le 18 octobre 1940 d'un père alsacien et d'une mère belge 2 et passe son enfance à Brou-sur-Chantereine, un village de l'est de la région parisienne. En 1944, alors que Jacques a trois ans, son grand-père alsacien parvient à convaincre le chef de la Kommandantur de ne pas détruire leur village3. Son père Paul, cheminot et musicien, initie ses deux fils Paul et Jacques à certaines formes de musique. Sa mère, Renée, élève ses deux enfants4.

     

    Jacques fréquente une école à Chelles, l'école La Paix-Notre-Dame. C'est dans cette ville qu'il fait ses premiers pas dans la chanson, sur la scène de la salle paroissiale Albert-Caillou, dans l'avenue du même nom. Passionné par Charles Trenet, déjà musicien, il auditionne en 1954 à l'âge de quatorze ans au théâtre des Trois Baudets devant le producteur Jacques Canetti. Impressionné par son talent, mais refusant de faire travailler des enfants, Canetti lui donne rendez-vous « dans dix ans ». Sa vocation est marquée par cette audition ainsi que par sa rencontre avec Sidney Bechet, avec lequel il joue dans une comédie musicale, La Nouvelle-Orléans. À seize ans, il intègre le cours Simon pour y apprendre l'art dramatique5.

     

     

     Carrière artistique

     Débuts au cinéma

     

     
    Higelin débute sa carrière artistique dans le cinéma (ici avec Irène Chabrier dans Le bonheur est pour demain).

     

     
    Les débuts d'Higelin dans la chanson se font à travers des reprises de Boris Vian.

     

     
     
     

     

    En 1960, comédien sur le tournage du film d'Henri Fabiani Le bonheur est pour demain (au générique duquel il apparaît sous le nom d'Igelin) il rencontre Irène Lhomme : leur correspondance, ou plutôt celle d'Higelin (Frimousse) à destination d'Irène (Pipouche), est publiée en 1987 sous le titre Lettres d'amour d'un soldat de vingt ans (dans cette correspondance, il orthographie son nom comme Higelin, higelin ou igelin. Il fait indirectement allusion au tournage du film dans ces lettres). Un an avant, en 1959 sur le tournage de Saint-Tropez Blues, il a rencontré le guitariste Henri Crolla, fils adoptif virtuel de Jacques Prévert et Paul Grimault, frère de rue de Mouloudji, accompagnateur ami d'Yves Montand. Le musicien invite Jacques Higelin à s'exprimer par la chanson. Jacques Higelin habite plusieurs mois chez les Crolla, devenus sa seconde famille. Crolla lui apprend à bien jouer de la guitare et le conforte dans une certaine idée de la vie et de la générosité. Le film est tourné à Saint-Nazaire où Higelin habite ; il passe beaucoup de temps chez un disquaire local

     

     

    Dans les années 1960, après un long service militaire, en Allemagne puis en Algérie, il tourne dans plusieurs films (dont Bébert et l'Omnibus d'Yves Robert, 1963) ou dans des épisodes télévisés comme Une fille dans la montagne. Il rencontre Pierre Barouh, le créateur du label Saravah, et cette rencontre constitue un nouveau tremplin artistique en même temps qu'un net élargissement de son horizon.

     

     

    En 1964, il retrouve Jacques Canetti grâce à Brigitte Fontaine qui vient d'enregistrer son premier album avec sa maison de production. Travaillant sur la première anthologie discographique des chansons de Boris Vian, Jacques Canetti propose à Jacques Higelin d'enregistrer sept chansons de Vian dont certaines alors inédites. Il lui confie même un texte de Vian qu'Higelin met en musique : Je Rêve. Cette anthologie, Boris Vian 100 Chansons, rassemble des chansons et des textes de Vian interprétés par Serge Reggiani, Pierre Brasseur, Catherine Sauvage, Arlette Téphany, Cécile Vassort, Philippe Clay, Lucienne Vernay, etc. En 1973, il tourne au côté de Marthe Keller dans un long métrage de Gérard Pirès : Elle court, elle court la banlieue , l'histoire d'un jeune couple et ses déboires dans une banlieue HLM.

     

     

     Carrière de chanteur

     

    Question book-4.svg
     
     

     

     
    Le café-théâtre de la Vieille Grille à Paris, l'un des lieux où Jacques Higelin se produit au début de sa carrière.
     

     

    En 1966, Jacques Higelin enregistre ses premières chansons dont certains textes sont de Marc Moro, alias Mac Ormor. En juin 1966, Jacques Canetti ouvre l'un des premiers cafés-théâtre au Bilboquet, rue Saint-Benoît à Paris où Higelin vient se produire. Il rencontre à cette époque Marc'O, Bulle Ogier, Jean-Pierre Kalfon, Georges Moustaki et beaucoup d'autres artistes. Il travaille notamment avec Brigitte Fontaine (en duo pour Cet enfant que je t'avais fait, La Grippe, On est là pour ça, sur disque et sur scène), Rufus, Areski Belkacem qu'il présente à Fontaine, puis Elisabeth Wiener avec laquelle il enregistre plusieurs duos. Remarqué par la critique, il apparaît comme un des expérimentateurs de la chanson autour de mai 1968. Avec Brigitte Fontaine et Rufus, à La Vieille-Grille puis au Théâtre des Champs-Élysées, il crée la pièce Maman j'ai peur, qui obtient un succès critique et public si important qu'elle reste plus de deux saisons à l'affiche à Paris et donne lieu à une tournée européenne ; en 1969, avec Fontaine et son copain de régiment Areski Belkacem, il joue sur la scène du Lucernaire Niok, entre théâtre et chanson. Bientôt, Fontaine et Belkacem l'incitent à tenter une carrière solo. Au début des années 1970, il expérimente des micro-spectacles de type théâtre de rue ou happenings. L'auteur-compositeur-interprète Yves Simon mentionne Higelin et sa chanson Remember dans les paroles de la chanson Le Film de Polanski, de l'album Raconte-toi, sorti en 1975 : « […] Tu t'es passé / Aux écouteurs / Ce truc d'Higelin, / Remember. […] »6.

     

     

    Un autre grand tournant dans sa carrière survient le 23 juillet 1973, lorsqu'il assure, à l'Olympia, la première partie du groupe Sly and the Family Stone. Habillé de vêtements blancs et amples avec un accordéon sur les épaules, l'artiste funambule détonne un peu avec l'ambiance soul ce soir-là. Le public fut sans pitié. Jacques Higelin quitta la scène mais eut ces beaux mots : « Je reviendrai mais pas seul ! »

     

     

    De retour chez lui, Kuelan et Kên trouvent un homme « changé » : cheveux courts, cuir et rock. Higelin cherche alors des musiciens de rock pour former un groupe. Ce sera BBH 75 et, grâce à Valérie Lagrange, il rencontre Simon Boissezon, guitariste (compositeur entre autre de Paris-New York, Mona Lisa Klaxon, Est-ce que ma guitare est un fusil ? L'ange et le Salaud...) et Charles Benaroch, à la batterie. Jacques Higelin résumera plus tard parfaitement son sentiment : « À l'époque, les choses étaient bloquées pour moi, je tournais en rond, ça n'allait pas. Alors j'ai pris une mitrailleuse [...] Nous avions le sentiment d'être des perdants magnifiques, véhiculant un esprit combatif, une classe sauvage. J'étais une lame de couteau. » Jacques Higelin n'abandonnera pas les ballades (Une mouche sur ma bouche et Cigarette l'attestent)7.

     

     

    Higelin se tourne résolument vers le rock avec l'album BBH 75 puis Irradié, auquel participe Louis Bertignac, futur guitariste de Téléphone. Avec l'album Alertez les bébés ! où alternent compositions rock et chansons, il reçoit le prix de l'académie Charles-Cros. Il devient alors, dans les années qui suivent, un des chanteurs rock les plus populaires de France, notamment grâce à des prestations scéniques où il donne beaucoup de sa personne, dans une débauche d'énergie communicative avec le public. No man's land avec Pars (premier tube en 1977), le double album Champagne et Caviar (initialement sorti en deux albums simples : Champagne pour tout le monde, et Caviar pour les autres...), et l'album en public Higelin à Mogador, font de lui l'égal de Bernard Lavilliers ou de Téléphone.

     

     

    Cinq mois après Mogador, lors de la victoire de la gauche, Higelin et Téléphone donnent un concert le 10 juin 1981, place de la République à Paris, devant plus de cent mille spectateurs. C'est la toute première apparition d'Éric Serra, bassiste, avec l'artiste sur scène 8.

     

     

    Fin 1981, Jacques Higelin, s'installe au Cirque d'Hiver, boulevard des Filles-du-Calvaire, à Paris, pour un spectacle qui marquera sa carrière : Jacques, Joseph, Victor dort (adaptation subtile des titres qu'il composa pour le film La Bande du Rex sorti en 1979 mixés avec des musiques adaptées à des textes plus anciens (la Putain vierge, Beauté crachée et Boogie rouillé, textes que l'on peut lire sur la pochette intérieure de l'album Pars paru en 1978) ainsi que des morceaux totalement inédits créés sur scène comme Jack au banjo, Nascimo, Lobotomie-Autonomie et Manque de classe (composé par le jeune bassiste, Éric Serra) et qui seront édités sur l'album Higelin '82 quelques semaines plus tard. Il le confirmera d'ailleurs lors de la série radio de la RTBF diffusée par France Inter en 2008 puis en 2016 et ajoutera : « Un lieu magique et un spectacle qui comptera et restera comme l'un des plus beaux voyages depuis longtemps... 

    »

     

    À part un 45 tours Informulé en public au Cirque d'Hiver sorti en 1982 dans la discographie d'Armande Altaï et interprété avec Jacques Higelin, rien ne sortira alors que tout a été enregistré. Même RTL diffusera dans l'émission Live, présentée par Dominique Farran, deux heures de ses concerts en deux parties, en mars 1982, qui manquent toujours à la discographie de l'artiste.

     

     

    Dans la foulée du succès rencontré au Cirque d'Hiver, les Carpentier, véritable institution des variétés télévisuelles, s'intéressent enfin à Jacques Higelin et lui consacrent une émission culte Formule 1+1 en janvier 1982 qui se démarque fortement de leurs très nombreuses productions habituelles avec, notamment, Elisabeth Wiener en duo avec Jacques Higelin L'Attentat à la pudeur (de l'album Champagne) puis Hara Kiri Elaïson absent du montage actuel. Le groupe Téléphone est également invité avec le titre Fleur de ma ville, Alain Chamfort avec Chasseur d'ivoire (absent, lui aussi, de la version disponible, ainsi que Carole Laure et Lewis Furey) ainsi que toute la troupe qui participa à l'aventure du Cirque d'Hiver, notamment, Jean-Marc Torrès, danseur fabuleux sur le morceau l'Amour sans savoir ce que c'est.

     

    C'est au cours de cette aventure que Jacques Higelin rencontre Aziza, future mère d'Izïa.

     

    Son talent d'improvisateur et son énergie poétique lui donnent une relation particulière avec les spectateurs. Musicalement, il se nourrit de plus en plus de rythmes africains (Nascimo ou plus tard Criez Priez). Il invite Youssou N'Dour et Mory Kanté à partager la scène de Bercy.

     

     

    Higelin participe au premier Printemps de Bourges, en 1977, en compagnie de Charles Trenet, auquel il consacre un spectacle en 2004-2005 : Higelin enchante Trenet, avec lequel il tourne un an, achève au Trianon en mars 2005, et dont un DVD témoigne, encore inédit à ce jour. En 1988, il participe à l'hommage rendu à Léo Ferré à La Rochelle, où il reprend Jolie môme. Il publie Lettres d'amour d'un soldat de vingt ans. Dans les années 1990, toujours présent sur scène, son image disparaît progressivement des médias et, avec la crise du disque, il éprouve des difficultés à être produit. En 2003, toujours fidèle à Ferré, il participe à l'album hommage sorti pour les dix ans de sa disparition : c'est encore Jolie Môme qu'il choisit, mais cette fois avec une approche plus intimiste. Higelin est également présent en 1984 aux premières Francofolies de La Rochelle, où il revient régulièrement pour des soirées musicales, vivement soutenu par l'animateur de France Inter Jean-Louis Foulquier. Le 9 février 1992 il participe, aux côtés de Font et Val, Georges Moustaki, Rufus, Alain Meilland, Jacques Serizier et Léo Ferré, à un hommage (présenté par José Artur), au pianiste Paul Castanier, sur la scène de l'Olympia.

     

     

     

     Le retour des années 2000-2010

     

     
    Jacques Higelin en 2013.

     

    Installé depuis cette période à Pantin à l'angle des rues Michelet et Beaurepaire9, il est sur scène à Lyon, place Bellecour, la nuit du passage à l'an 2000 devant quarante mille personnes. Le 17 novembre 2006 sort l'album studio Amor doloroso. Le 21 juin 2007, à l'invitation du groupe Sweet Air, il se produit pour un concert à l'Élysée Montmartre.

     

     

    Le 7 mars 2008, France 3 diffuse un documentaire tourné par Romain Goupil, Higelin en chemin, d'une durée de 65 minutes, présentant de nombreuses images d'archives, souvent inédites, retraçant sa carrière, tandis que la photographe Laurence Leblanc publie un livre-disque, Higelin en cavale10, aux Éditions Textuel (2008). Par ailleurs, Jacques Higelin a été nommé deux fois aux 23e Victoires de la musique.

     

     

    Pour la sortie de son album Coup de foudre le 22 février 2010, il bénéficie d'une large couverture médiatique : dans la presse (il est rédacteur en chef du quotidien « Libération » du 18), à la radio, à la télévision. La sortie de l'album est suivie d'une tournée, avec six dates à Paris, en mars, à La Cigale. Il retrouve la scène du Saint-Jean-d'Acre le 13 juillet aux Francofolies 2010. Le 18 octobre, il fête ses 70 ans au Zénith avec deux de ses enfants, Arthur H et Izïa.

     

     

    Le 1er avril 2013, il publie Beau Repaire, nouvel album écrit et composé par ses soins, coréalisé par Mahut et Édith Fambuena, et sur lequel figure un duo avec la comédienne Sandrine Bonnaire. L'album reçoit un accueil critique enthousiaste, notamment de la part du magazine « Télérama » qui lui attribue ses « 4F » et souligne qu'il s'agit « peut-être du meilleur album d'Higelin, qui le remet enfin à sa place : au sommet de la chanson ». Le même magazine sacre Beau Repaire meilleur album de chansons françaises avec J'ai l'honneur d'être de sa vieille amie Brigitte Fontaine. Les 10 et 11 juin, il remplit deux Casino de Paris où il s'était déjà produit à plusieurs reprises dont plus de 10 dates en octobre 1997. Il y chante trois heures le premier soir, et trois heures et quarante-cinq minutes le second. Les deux soirs, Sandrine Bonnaire et Izïa montent sur scène avec lui (l'une pour le Duo d'anges heureux, l'autre pour la Ballade pour Izïa). À l'issue du second Casino, Jacques Higelin reçoit un disque d'or. Cette rencontre avec Sandrine Bonnaire donne lieu, l'année suivante, à un reportage, Ce que le temps a donné à l'homme, réalisé par l'actrice et diffusé sur Arte.

     

     

     

    Prises de position militantes

    Au cours des années 1980, Higelin fait partie des artistes de gauche qui, comme Barbara, Renaud ou Maxime le Forestier, s'investissent dans les pétitions diverses ou les concerts humanitaires. Il soutient la candidature présidentielle de François Mitterrand en 1988.

     

    En mai 1980, il participe à un grand concert de soutien contre le projet d'implantation d'une centrale nucléaire à Plogoff, qui a lieu sur la péninsule bretonne même : il y transforme pour l'occasion son Paris-New York, N.Y-Paris (réclamée par le public) en un Paris-Plogoff, Plogoff-Paris inédit.

     

    En 1991, il réalise avec Coline Serreau un clip inclus dans le film Contre l'oubli et consacré à un couple emprisonné, Vera Chirwa et son époux11.

     

    En 1993, il apporte un soutien remarqué aux manifestants de l'association Droit au logement avec l'abbé Pierre ; il est le 16 décembre 1994 l'un des fondateurs de l'association Droits Devant !! et répond encore favorablement des années plus tard, le 13 juillet 2010 après son concert aux Francofolies de La Rochelle, à la demande de signer le manifeste12 de la Fondation Abbé-Pierre pour le logement des défavorisés.

     

    Lors de la campagne pour l'élection présidentielle de 2007, il soutient Ségolène Royal, pour qui il chante lors de son meeting du 1er mai au stade Charléty13.

     

    En janvier 2008, il enregistre avec le groupe Sweet Air le projet Baltimore, rejoignant ainsi Maurane et Riké de Sinsemilia en soutien aux otages de par le monde. En avril 2009, avec d'autres artistes (Rodolphe Burger, D’de Kabal, Sandra Nkaké, Spleen), il participe à un disque collectif portant le nom Les Amoureux au ban public, portant le nom d'une association qui défend les droits des couples composés d'un conjoint français et d'un conjoint étranger14.

     

    En 2014, il est membre du comité de soutien à la candidature d'Anne Hidalgo à la mairie de Paris15.

     

     

     Rumeurs sur sa santé et mort

     

     

     

    Dès octobre 2010, des concerts programmés sont reportés ou annulés pour raison de santé16,17. Puis, à partir d'octobre 2016, ce sont tous les concerts qui sont annulés après celui donné à Toulouse le 24 mai 2016. Fin 2017, Bernard Lavilliers annonce que Jacques « ne va pas trop bien en ce moment18,19 ». Dans un entretien accordé au Parisien fin janvier 2018, son fils Arthur confirme l'état de santé valétudinaire de son père : « Oui j’ai écrit ce morceau [Le Passage] pour lui. Il ne va pas très bien mais il n’est pas au seuil de la mort. On est autour de lui20. » Il affirme que, bien que fatigué, son père n'a jamais été dans le coma21,22.

     

    Dans un communiqué à l'AFP23, sa famille annonce la mort du chanteur, à l'âge de 77 ans, le 6 avril 2018 en région parisienne24,25. Ses obsèques ont lieu le 12 avril 2018 avec un hommage au Cirque d'Hiver en présence de ses proches et de personnalités comme la ministre de la Culture Françoise Nyssen, la maire de Paris Anne Hidalgo et de nombreux artistes, puis l'artiste est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (20e division)26.

     

     

    Famille

    Jacques Higelin a eu trois enfants avec trois compagnes différentes27 :

     

    • Arthur (avec l'attachée de presse Nicole Courtois28), né en 1966.
    • Kên (avec Kuelan Nguyen), né en 1972.
    • Izïa (avec Aziza Zakine), née en 1990.

     

    Il épouse la danseuse Aziza Zakine en 2001.

     

     

    Discographie

    Enregistrements en studio

     

     
    Jacques Higelin en concert lors du cinquième festival aux Zarbs d'Auxerre en juillet 2007.
     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

    France Gall, nom de scène d'Isabelle Gall, née le 9 octobre 1947 dans le 12e arrondissement de Paris et morte le 7 janvier 2018 à Neuilly-sur-Seine, est une chanteuse française.

    Elle connaît de grands succès à partir du début des années 1960, remportant notamment en 1965 le premier prix au Concours Eurovision de la chanson avec le titre Poupée de cire, poupée de son. Alors qu'elle connaît le succès en Allemagne, sa popularité s'estompe en France jusqu'à sa rencontre avec l'auteur-compositeur-interprète Michel Berger, qu'elle épouse en 1976. Elle enchaîne alors les succès avec des chansons composées pour elle par Michel Berger.

    À partir de 1992, marquée par la mort de son mari puis de sa fille, ainsi que par des problèmes de santé, elle se fait moins présente sur la scène musicale, qu'elle quitte en 1997. Elle créé la comédie musicale Résiste en 2015.

    Sommaire ... Lire la suite sur le lien

     

    https://fr.wikipedia.org/wiki/France_Gall

     


    1 commentaire
  •                                                                                                                                                                                                                                 

     

     

     

     


    2 commentaires
  •  

     

     

    Leonard Cohen, né le 21 septembre 1934 à Westmount (Québec) et mort le 7 novembre 20161,2,Note 1 à Los Angeles (Californie), est un auteur-compositeur-interprète, musicien, poète, romancier et peintre canadien.

     

    Son premier recueil de poésies paraît à Montréal en 1956 et son premier roman en 1963.

     
    Leonard Cohen - Suzanne par googel_5

    Les premières chansons de Cohen (principalement celles de Songs of Leonard Cohen, 1967) sont ancrées dans la musique folk, et chantées avec une voix grave. Dans les années 1970, ses influences se multiplient : musique pop, de cabaret et du monde. Depuis les années 1980, Cohen chante accompagné de synthétiseurs et de choristes.

     

    Dans tous ses travaux, Cohen reprend souvent les mêmes thèmes : l'amour-passion, la religion, la solitude, la sexualité et la complexité des relations interpersonnelles. Leonard Cohen assume sa dépression chronique depuis longtemps et ne se l'est jamais cachée ni ne l'a jamais cachée, allant jusqu'à en parler aux journalistes rassemblés à l'occasion de la conférence de presse sur son album Old Ideas3.

     

    La poésie et les chansons de Leonard Cohen ont influencé de nombreux auteurs-compositeurs-interprètes et on compte plus de 1 500 reprises de ses chansons4. Cohen est introduit au Panthéon de la musique canadienne en 1991, au Panthéon des Auteurs et Compositeurs canadiens en 2006, au Rock and Roll Hall of Fame en 2008. Il est un Compagnon de l'Ordre du Canada (CC) depuis 2003 et Grand Officier de l'Ordre national du Québec (GOQ) depuis 2008, les plus hautes distinctions décernées respectivement par le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec.

     

    Son œuvre poétique a été récompensée par le Prix Prince des Asturies des Lettres 20115.

     

     

     

    Biographie

    Enfance

    Leonard Norman Cohen naît dans une famille juive aisée d'ascendance polonaise en 1934 à Westmount, ville huppée près de Montréal au Québec. Son père, Nathan Cohen, est propriétaire d'un magasin montréalais de vêtements ; il meurt alors que Leonard a 9 ans. Son grand-père paternel, Lyon Cohen, fut le premier président du Congrès juif canadien et fonda le Canadian Jewish TimesTOR 1, premier journal juif de langue anglaise à paraître au Canada. Son grand-père maternel, Solomon Klinitsky-KleinTOR 1, était rabbin. Selon la tradition familiale, les Cohen descendent des CohanimNote 2.

     

    À l'adolescence, il apprend la guitare. Il formera plus tard un groupe d’inspiration country folk, les Buckskin Boys.

     

     

    Jeunesse

    Leonard effectue sa scolarité primaire à la Roslyn School de Westmount, et secondaire, à partir de 1948, à Westmount High College6,TOR 2. En 1951, il entre à l'Université McGill de Montréal.

     

    À l'université, Leonard Cohen rencontre Irving Layton et Louis Dudek, qui l'aident à publier ses premiers poèmes dans une revue d'étudiants, CIV, abréviation de « civilisation » inventée par Ezra PoundTOR 3,7.

     

    Son premier recueil de poésies, Let Us Compare Mythologies, paraît en 1956, édité par McGill Poetry Series, alors qu'il n'est encore qu'un étudiant de premier cycle.

     

    En 1959, Irving Layton lui présente Abraham Moses Klein. La même année, The Spice Box of Earth sort aux éditions McClelland & Stewart, et le rend célèbre dans les cercles de poètes, notamment canadiens. La même année, Leonard obtient une bourse d'études et part pour Londres. Sur place, il achète une machine à écrire Olivetti et un imperméable bleu chez Burberry (c'est celui qui apparaît sur la photo de l'album Songs from a Room ; il lui sera volé en 1968)TOR 4.

     

    Après s'être installé en Grèce, en avril 1960, sur l'île d'Hydra, une île sans voitures qui accueillait une colonie d'artistes anglo-saxons, où il n'y avait ni eau courante ni électricité. Il y achète une maison qu'il gardera quarante ans et y écrit son livre The Spice-Box Of Earth. Cohen publie Flowers for Hitler en 1964, et les romans The Favorite Game (1963) et Beautiful Losers (1966).

     

    The Favorite Game est un roman d'apprentissage autobiographique sur un jeune homme trouvant son identité dans l'écriture. En revanche, Beautiful Losers, s'il peut également être considéré comme un roman d’apprentissage, ne conduit pas au succès du personnage principal (« AntiBildungsroman »), selon une mode post-moderne contemporaine, Cohen détruit l'identité des personnages principaux en mêlant sacré et profane, religion et sexualité dans une langue riche et lyrique, mais aussi très crue8.

     

    Leonard Cohen parolier

     

     
    Leonard Cohen (1988).

     

    Leonard Cohen s’installe aux États-Unis et commence à chanter dans des festivals folk. En 1966, Judy Collins fait de sa chanson Suzanne un hit. Cette chanson se réfère à Suzanne Verdal, l'ancienne épouse d'un ami personnel, le sculpteur québécois Armand Vaillancourt. Grâce à Judy Collins Leonard fait sa première apparition scénique à New-York le 30 avril 19679,10.

     

    Leonard Cohen ne touche pas d'argent pour la chanson Suzanne : il s'est lié à un arrangeur qui doit retravailler la chanson, mais les deux hommes ne s'entendent pas, et l'arrangeur, après avoir travaillé sur la partition, lui apprend qu'il a signé les documents pour en posséder les droits. La bataille judiciaire dure jusqu'en 1984, et l'arrangeur propose à Leonard de lui revendre les droits au cours d'une rencontre dans un hôtel à New-York. À la question de savoir combien il comptait les lui racheter, Leonard répondit : « un dollar ». Un accord est signé en 1987TOR 5.

     

    John H. Hammond fait signer Leonard Cohen à Columbia Records. Le premier album, Songs of Leonard Cohen, sort en 1967 et contient une version de Suzanne. L'album, empreint de noirceur, sera bien reçu par la critique. Songs from a Room, sort en 1969. Il est considéré comme l'album classique de Leonard, avec les tubes Bird on the Wire, Story of Isaac et The Partisan, le premier titre de Leonard chanté en français.

     

    Le 30 août 1970, Leonard Cohen chante lors du Festival de l'île de Wight 1970 : il se produit au pied levé, à h du matin, juste après la prestation de Jimi HendrixTOR 6.

     

    En 1977, Death of a Ladies' Man est produit par Phil Spector, loin du minimalisme habituel de l'artiste. Recent Songs, plus classique, sort en 1979.

     

    En 1982, il rencontre Dominique Isserman, qui réalise plusieurs portraits de lui et qui devient sa compagne. La même année il écrit une comédie musicale, Night Magic, qui fera l'objet d'un film présenté au festival de Cannes de 1985.

     

     
    Plaque en l'honneur de Leonard Cohen à l'Hotel Chelsea de New York.

     

    En 1984, sort Various Positions, un album très spirituel, voire mystique, qui contient le célèbre Hallelujah. Columbia refuse de sortir l'album aux États-Unis, où Cohen a toujours eu un succès bien moindre qu'en Europe ou au Canada. En 1986, il apparaît dans un épisode de Deux flics à Miami. En 1988, I'm Your Man marque un changement dans l'écriture et la composition. Les synthétiseurs sont très présents et l'écriture est plus engagée et teintée d'humour noir.

     

    Le retrait

    En 1994, à la suite de la promotion de son album The Future, Leonard Cohen se retire dans un monastère bouddhiste, le Mount Baldy Zen Center près de Los Angeles. En 1996, il est ordonné moine bouddhiste Zen, comme Jikan, Dharma dont le nom signifie « Le Silencieux ». Il quitte finalement Mount Baldy au printemps 1999. Pendant cette période il ne produit aucune chanson, jusqu'à l'album Ten New Songs en 2001, album très influencé par Sharon Robinson, et en 2004 Dear Heather, fruit d'une collaboration avec sa compagne, la chanteuse de jazz Anjani Thomas.

     

    En 2005, Leonard Cohen poursuit en justice son ancienne manager, Kelley Lynch, pour détournement de fonds (5 millions USD). En mars 2006, il obtient gain de cause pour 9 millions USD, ainsi que l'a statué la Cour supérieure du comté de Los Angeles. Cependant, le jugement est totalement ignoré par Lynch, qui n'a pas répondu à subpoena, injonction du tribunal.[réf. nécessaire]

     

    En 2006, Cohen fait paraître un nouveau recueil de poèmes poésies, Book of Longing et Blue Alert, coécrit avec Anjani Thomas. Parallèlement, le documentaire Leonard Cohen: I'm Your Man sort en salle. Il s'agit d'un assemblage d'interviews récentes réalisées pour les besoins du film, et de prestations live d'artistes (Nick Cave, Rufus Wainwright, Jarvis Cocker) lors d'un concert hommage. Il fait sa première réapparition publique dans une librairie de Toronto le 13 mai 2006, chantant So Long, Marianne et Hey, That's No Way To Say Goodbye, accompagné par The Barenaked Ladies et Ron Sexsmith. En 2007, Philip Glass, le compositeur de musique contemporaine, met en musique son recueil Book of Longing et donne la première, avec Leonard Cohen en récitant, de l'œuvre le 1er juin 2007 à Toronto lors du Luminato Festival. Leonard Cohen réside dans le quartier dit « portugais » du Plateau Mont-Royal à Montréal, sa ville natale.

     

    Le retour sur scène et la mort

    2008 est l'année du grand retour sur scène de Leonard Cohen, âgé de 73 ans, pour une tournée mondiale. Les critiques et le public sont enthousiastes11 malgré le prix élevé des placesNote 3.

     

    Leonard Cohen meurt dans la nuit du 7 au 8 novembre 2016 à 82 ans, juste quatre mois après Marianne Ihlen, sa muse.

     

    Il est inhumé le 10 novembre 2016 à Montréal, sa ville natale, dans le cimetière juif de la congrégation Shaar Hashomayim (en) où reposent de nombreux membres de sa famille12. Sa mort est annoncée à l’issue de la cérémonie1,13.

     

    Vie privée

    Ses compagnes

    En 1960, il rencontre sur l'île de Hydra la Norvégienne Marianne Ihlen qui sera sa muse et lui inspirera So Long, Marianne en 1968, ou Bird on the Wire en 1969. Après leur séparation, ils continueront à être très proches et Leonard Cohen lui écrira une dernière lettre d'amour juste avant qu'elle ne meure en juillet 2016 :

     

    « Nous sommes arrivés au point où nous sommes si vieux, nos corps tombent en lambeaux, et je pense que je te rejoindrai bientôt. Sache que je suis si près derrière toi, que si tu tends la main tu peux atteindre la mienne. Et tu sais que j’ai toujours aimé ta beauté et ta sagesse et je n’ai pas besoin d’en dire plus parce que tu sais tout cela. Je veux seulement te souhaiter un très beau voyage. Au revoir ma vieille amie. Mon amour éternel. Rendez-vous au bout du chemin 14. »

     

    Pendant les années 1970, il vit avec Suzanne Elrod, dont il a deux enfants, Adam Cohen né en 1972, et Lorca Cohen, née en 1974TOR 7.

     

    Il a ensuite une relation avec Dominique Issermann puis avec Rebecca De Mornay[réf. nécessaire].

     

    Leonard Cohen était grand-père : le 2 février 2011, sa fille Lorca a eu une fille de Rufus WainwrightNote 4.

     

    Un juif pratiquant

    Dans un article du New York Times consacré à son retour sur scène, il est mentionné15 : « Monsieur Cohen est un juif observant qui respecte le Shabbat même lorsqu'il est en tournée et il chanta pour les troupes israéliennes durant la guerre israélo-arabe de 197316,17,18, 19. Alors comment peut-il concilier sa foi avec sa pratique continue du zen ? »

     

    « Allen Ginsberg me posa la même question, il y a de nombreuses années. Eh bien, pour commencer, dans la tradition du Zen que j'ai pratiquée, il n'y a pas de service de prière et il n'y a pas d'affirmation de déité. Donc, théologiquement, il n'y a pas d'opposition aux croyances juives. »

     

    Malgré son amour pour Israël, il a également exprimé sa tristesse quant au militarisme qu’il rencontrait. Sous la pression du mouvement boycott Israël, il a annulé un concert de 2009, et à la place il a fait un don important à un groupe qui fait avancer le dialogue entre les Arabes et les Juifs20.

     

    Discographie

    Albums studio

     

     
    New Skin for the Old Ceremony sorti en 1974 comme 4e album studio.

     

     

    Albums en public

     

    Compilations

     

     

     

    http://www.lefigaro.fr/musique/2014/09/22/03006-20140922ARTFIG00195-leonard-cohen-ses-5-titres-cultes-pour-feter-ses-80-ans.php

     

     


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires